Actualité du CNLL

Restitution de l'Etude 2017-2022 sur l'évolution du marché du logiciel libre : La France, championne d'Europe !

6 décembre 2017

La filière du logiciel libre et open source française se réunit annuellement à l’occasion du Paris Open Source Summit, organisé par le Pôle de Compétitivité Systematic Paris-Region, et soutenu par les principales associations représentatives de l’écosystème, notamment le CNLL, Union des Entreprise du Logiciel Libre et du Numérique Ouvert, organisation représentative de la filière économique du logiciel libre en France.

Un poids économique conséquent et en croissance soutenue

Le CNLL réalise chaque année une étude visant à mettre en évidence le poids économique de la filière, son impact sur l’ensemble de l’économie, et notamment sur l’emploi et l’innovation.

Les résultats saillants de l’étude de cette année, réalisée par PAC-CXP et des chercheurs des universités de Valenciennes et Lyon 3, pour le CNLL, Systematic et le Syntec Numérique, sont les suivants.

Sur l’ensemble du marché et sa croissance

Les chiffres-clefs:

  • Croissance du CA France: 2016 -> 2017: +8%
  • CA global France 2017: 4,5 Mrd d’Euros (dont 4.1 Mrd en services et 378 ME en édition de logiciel). Ce chiffre représente aussi 10% du marché global IT en France.
  • Emplois: 45000 ETP en 2017.

Une croissance annuelle de +8,1% est attendue par les prévisions de PAC-CXP à l’horizon 2021 pour l’ensemble de la filière (+12.6% pour l’édition et +7.8% pour les services), ce qui représente environ le double des prévisions de croissance pour l’ensemble du secteur du numérique (+4.2%).

La France est championne d’Europe de l’open source et du numérique ouvert, devant le Royaume-Uni et l’Allemagne, à la fois en valeur absolue (France: 4.5 Mrd d’Euros vs. 4.2 au UK et 4.0 Allemagne), et en part de l’open source dans le marché IT global (9.9% FR, 6.5% UK, 6.4% DE). Cette position ne devrait pas changer d’ici 2021.

Le secteur du logiciel libre et open source poursuit donc sa croissance en s'appuyant sur ses positions historiques dans l'infrastructure, le middleware et le web, et trouve de nouveaux relais de croissance par son implication forte dans les nouveaux segments de marché technologiques: le Big Data et l'IA, les nouvelles générations d'outils de développement orientées DevOps, et les technologies autour du Cloud.

Sur le recrutement

Les perspectives de croissance du secteur laissent prévoir un besoin de recrutement net de 4000 personnes / an d’ici à 2021, pour atteindre 56500 ETP en 2021.

Le secteur de l'Open source est créateur d'emploi qualifié (formation supérieure Bac +5 à plus de 63%) et privilégie l’emploi local, mais très localisé et de proximité avec très peu de sous-traitance et d'Off Shore. Nous sommes bien dans une économie de service et logiciel très "made in France”.

La croissance de la filière doit s’accompagner d’un effort autour de la formation. En effet, le principal frein identifiés au développement du logiciel libre en France est, pour 44% des répondants, le manque de compétences techniques et juridiques.

Sur les profils

Les postes les plus recherchés restent les profils de développeurs, devant les chefs de projets et les administrateurs systèmes. On voit émerger les demandes sur des profils de data scientists (spécialistes du traitement des données), et du digital.

Adoption et impact sur l’innovation

L’open source et le logiciel libre est adopté par les entreprises (offreurs ou utilisateurs) essentiellement pour ré-internaliser et maîtriser leurs systèmes d’information, pour mutualiser et rationaliser leurs investissements logiciels et enfin pour accélérer leurs programmes d'innovations stratégiques.

L’impact du logiciel libre sur la transformation numérique des entreprises et services publics, et sur l’innovation, est aussi lié à l’avance technologique dans un certain nombre de secteurs clefs: Big Data, API ouvertes, social business, blockchain, services cloud, agilité de l’IT, intelligence artificielle…

L’une des principales particularités des entreprises de la filières est qu’elles se développent souvent selon une logique “donnant-donnant” et participent activement au développement de leurs écosystèmes.

Ainsi, selon l’enquête:

  • L’open source, et un levier majeur d’innovation numérique pour 72% des répondants.
  • Taux de R&D: 45% des entreprises investissent plus de 15% de leur CA en R&D sur le logiciel libre.
  • Avantages & raisons d’adoption du logiciel libre liée à plateforme innovante :
    • 82% : mutualiser et réduire les coûts de développement
    • 82% : diversification & indépendance des plateformes technologiques
    • 70% : c’est un accélérateur stratégique
  • Les technologies sur lesquelles le logiciel libre créera le plus de valeur à l’horizon 2020 :
    • 16,5% : Traitement de données (Big data, analytics)
    • 13, 2% : Outils de développement
    • 12,6% : applications métiers

Au-delà des enjeux économiques

Les entreprises de la filière - en particulier les pure players - partagent pour la plupart les valeurs de transparence, d’ouverture et de collaboration qui fondent le mouvement du logiciel libre et de l’open source.

Elles sont notamment en première ligne - à la fois en terme de vigilance et de proposition de solutions - sur les sujets suivants:

  • La souveraineté numérique de la France et de l’Europe
  • La neutralité du Net, l’interopérabilité
  • La transparence des algorithmes
  • La lutte contre le sexisme, pour l’inclusion numérique
  • Le refus des brevets sur les logiciels et les méthodes d’affaires

A propos du CNLL

Le CNLL, Union des Entreprise du Logiciel Libre et du Numérique Ouvert, en est le co-organisateur. Issu du groupement de 12 clusters régionaux d’entreprises du logiciel libre, il représente environ 400 entreprises “pure players” (spécialisées ou avec une activité significative dans le logiciel libre): éditeurs, intégrateurs, sociétés de conseil, etc.

Le CNLL a pour principales missions de représenter l´écosystème professionnel du logiciel libre auprès des pouvoirs publics et des organisations nationales et internationales existantes, d’assurer une visibilité plus importante de l’ensemble de l’écosystème, de son offre de logiciels et de services, de ses atouts spécifiques et de ses besoins, notamment en termes d’emploi et de formation; de permettre aux acteurs de la filière de se reconnaître en son sein, d’échanger et de travailler ensemble au développement du marché, dans le respect de valeurs communes.

Infographie