Actualité du CNLL

Nous, entreprises du libre, sommes contre la surveillance généralisée d'Internet

21 avril 2015

Le projet de loi sur le renseignement, qui a été discuté à l'Assemblée Nationale la semaine dernière, suscite de vives inquiétudes au sein aussi bien des personnalités et des institutions en charge de défendre les libertés publiques et le respect de la vie privée (la présidente de la CNIL, les représentants du Conseil National du Numérique, l’ARCEP, le Conseil d’Etat, le Conseil de l'Europe, le Défenseur des Droits, etc.) que des acteurs du numérique, avec en première ligne les hébergeurs, premiers impactés par le projet de loi et notamment les "boîtes noires" qu'ils devront installer sur leur infrastructure, mais aussi les acteurs du logiciel libre, par nature attachés à la défense des libertés.

Deux hébergeurs, Altern et EU.org, ont déjà annoncé quitter notre territoire, et le plus important hébergeur français (3ème mondial), OVH, annonçait dans la foulée du vote à l'Assemblée que son plan de construction de nouveaux datacenters ferait à présent l'impasse sur le territoire français.

Le CNLL partage cette inquiétude profonde, aussi bien de la société civile que du milieu des affaires, et apporte son soutien total à l'initiative #NiPigeonsNiEspions.

Nous appelons également tous les entrepreneurs du logiciel libre à participer à la campagne Sous Surveillance qui vise à convaincre les députés de voter contre le projet de loi lors du vote en séance qui aura lieu le 5 mai prochain.