Actualité du CNLL

Nouvelle présidence, nouveaux défis pour le Conseil National du Logiciel Libre (CNLL)

15 juin 2015

Paris, le 17 juin 2015.

Le CNLL nomme Stefane Fermigier et Philippe Montargès à sa tête pour représenter et défendre l'importance et la spécificité de la filière industrielle de l'Open Source en France

Le Conseil National du Logiciel Libre, organe représentatif de la filière des entreprises du logiciel libre et open source en France, nomme Stefane Fermigier et Philippe Montargès co-présidents, succédant à Patrice Bertrand qui en avait assuré la présidence de 2010 à 2015. Le CNLL fédère 12 clusters régionaux d'entreprises consacrées aux logiciel libre, et représente ainsi plus de 300 entreprises, de toutes tailles (start-up, TPE, PME et ETI), ayant adopté des modèles économiques variés (éditeurs de logiciel libre, intégrateurs, et souvent, modèle hybride).

L'omniprésence du logiciel libre comme briques de base de la transformation numérique entraine aussi une banalisation, qui peut laisser au second plan la réflexion sur les enjeux économiques, technologiques et stratégiques qu'il représente pour notre compétitivité, et la nécessité d'un affichage lucide de ses spécificité et d'un soutien fort des pouvoirs publics à son développement.

A cet effet, la nouvelle équipe se fixe une feuille de route "CNLL 2015-2016" qui articule ses actions autour de trois axes clés pour l’avenir d'un numérique libre et open source: 

  • "Open for business": donner à la filière du logiciel libre toute la visibilité qu'elle mérite, en termes notamment d'emploi, de nouveaux métiers, de création de valeur, de création d'entreprises innovantes, etc. Une nouvelle étude de marché sera notamment lancée cet été afin d'analyser les tendances économiques et technologiques du secteur sur la période 2015-2020 et d'en montrer les enjeux en terme de créations d'emplois. Les résultats de cette étude seront présentés lors de la première Edition de Paris Open Source Summit .

  • "Take back control": présenter le logiciel libre comme le garant de l'indépendance technologique et stratégique de ses utilisateurs - entreprises, administration publiques, particuliers. L'implication du CNLL sur ce thème se traduit par son engagement contre le Projet de Loi sur le Renseignement et sa prise de position en faveur du projet RGI V2 proposé par la DISIC - notamment son soutien à l'adoption des standards ouverts en tant que  fondement de l'interopérabilité, comme déjà demandé dans les 10 propositions du CNLL de 2012.

  • Open for Innovation”: rappeler sans relâche que le Logiciel Libre est au coeur de la plupart des grandes innovations technologiques dans les domaines du Cloud, du Big Data, de l'Embarqué et de l'Internet des Objets, mais aussi des nouveaux produits et usages innovants. Les dispositifs de soutien actuels (CIR, financement des projets collaboratifs par le FUI, l'ANR, le FSN...) doivent être pérénisés et la contribution du libre à la transformation numérique de l'économie française ne doit pas être oubliée, notamment par les dispositifs comme la French Tech.

Pour Philippe Montargès, « le Logiciel Libre et Open Source est au coeur de la plupart des grandes innovations numériques et demeure le meilleur garant de la liberté d'entreprendre et de la vie privée. Le CNLL agit pour que le logiciel libre soit plus présent dans le discours ambiant et qu'il soit reconnu comme partenaire à part entière  de la French Tech et des autres organisations professionnelles et économiques. »

Selon Stefane Fermigier, « l'omniprésence du logiciel libre dans les grandes entreprises, les administrations et les écosystèmes d'innovation ne doit pas faire oublier ses spécificités. Il s'agit pour nous avant tout d'un formidable outil pour la compétitivité, l'indépendance technologique et la création de valeur, qu'il faut continuer à encourager au niveau institutionnel et en favorisant la coopération entre tous les acteurs de l’écosystème. »

Micro-biographies

Stefane Fermigier

Serial entrepreneur dans le domaine du logiciel libre, Stefane Fermigier a fondé Nuxeo (2000) et Abilian (2012), deux éditeurs open source dans le domaine de l'Enterprise Information Management. Il est depuis 2009 président du Groupe Thématique Logiciel Libre du Pôle Systematic Paris-Region, et à ce titre cofondateur du CNLL (2010). Il est également co-fondateur et co-organisateur de l'Open World Forum depuis 2008, co-fondateur et ancien président de l'AFUL, et fondateur et organisateur de la conférence PyData Paris en 2015. Il est l'auteur ou le co-auteur de plusieurs publications relatives au logiciel libre, notamment: les livrets bleus du logiciel libre "Modèles économiques" et "Etudiants" (2014) et les 10 proposition du CNLL pour une politique industrielle du logiciel libre (2012).

Philippe Montargès

Philippe Montargès est co-fondateur (2006) et dirigeant de Alter Way, Opérateur de Services Open Source (CA 2014 de 11 M€, 120 personnes - http://alterway.fr/). Philippe Montargès contribue depuis plusieurs années à l’animation et la promotion de l’écosystème du Logiciel Libre en France. Il est président du PLOSS (Le réseau des entreprises du Logiciel Libre en Ile-de-France). Ancien président de l’édition 2010 il fait parti du Comité d’Organisation du Paris Open Source Summit, le rassemblement international des grands acteurs des technologies ouvertes. Il est également fortement impliqué dans les organes représentatifs du secteur, tels que le CNLL (Conseil National du Logiciel Libre), le GTLL, Groupe Thématique Logiciel Libre du pôle de compétitivité Systematic, ou encore membre du Comité Open Source du Syntec Numérique. Il intervient régulièrement sur les thèmes de l’évolution des modèles économiques du Logiciel Libre et de ses enjeux en termes de formation et de création d’emplois qualifiés, les livrets bleus du logiciel libre "Etudiants » (2013),
Livre blanc de l’April sur les modèles économiques du Logiciel Libre (2008) 
Tribune : L’Open Source, un nouveau modèle économique pour la France ? (2013) 
http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/politique-economique/221179553/open-source-nouveau-modele

A propos du CNLL

Le Conseil National du Logiciel Libre est l´instance représentative, au niveau national, des associations et groupements d´entreprises du logiciel libre en France. Le CNLL représente 12 associations et groupements, et par leur intermédiaire plus de 300 entreprises françaises spécialisées ou avec une activité significative dans le logiciel libre. Le CNLL a pour principale mission de représenter l´écosystème professionnel du logiciel libre auprès des pouvoirs publics et des organisations nationales et internationales existante.

Les missions du CNLL

Le CNLL est une association loi de 1901 dont les missions sont :

  • Représenter l’écosystème du logiciel libre auprès des pouvoirs publics et des organisations nationales existantes.
  • Aider, grâce aux échanges de bonnes pratiques, au développement des organisations régionales qui le composent, et qui sont elles-mêmes des interlocuteurs privilégiés des collectivités territoriales et des services déconcentrés de l’Etat.
  • Assurer une visibilité plus importante de l’ensemble de l’écosystème, de son offre de logiciels et de services, de ses atouts spécifiques et de ses besoins, notamment en termes d’emploi et de formation.
  • Permettre à l’ensemble des acteurs de la filière de se reconnaître en son sein, d’échanger et de travailler ensemble dans une volonté partagée de synergies et de création de valeur.
  • Soutenir les principales manifestations nationales consacrées au logiciel libre: Solutions Linux, RMLL, OWF.
  • Relayer, au niveau national, les actions et la communication de ses membres, les associations régionales d’entreprises du logiciel libre.
  • Représenter la filière à l’international, en étant l’interlocuteur des organisations du libre d’autres pays, afin de mettre en place également des actions communes au niveau européen.